Rien que la vérité : les vaccins

Bon alors voilà, on inaugure cette nouvelle rubrique “Rien que la vérité” avec une petite explication sur les vaccins. On ne va pas vous parler des divers choix que l’on a fait en terme de vaccins, mais plutôt on va vous raconter comment ça se passe, 24 piqûres dans 5 bras, le tout en un mois… Sans aucune censure. Âme sensible s’abstenir…

Chaque enfant a eu droit à 4 piqûres, et chaque adulte à 6. Les 4 injections ont été faites chez les enfants (parce que c’est surtout d’eux qu’on va parler ici…) en 3 séances, à chaque fois au Service des maladies infectieuses à l’hôpital de Sion.

1ère séance : Lors de notre premier rendez-vous, tout le monde aura droit à 2 piqûres, enfant comme adultes. Cette fois-là, l’effet de surprise à joué pleinement son rôle et il n’y a pas eu d’appréhension de la part des enfants. On a débuté avec Arno, gaillard et décidé comme toujours, qui n’a pas bronché… La classe ! Louis est passé ensuite, et après une première injection un peu douloureuse lors de laquelle il a méticuleusement regardé s’enfoncer l’aiguille dans son épaule (heu… on avait pourtant bien briefé les enfants… On regarde ailleurs… On pense à des choses sympa… bref, tout sauf “On regarde l’aiguille se planter dans son épaule”… ) Toujours est-il donc qu’après cette première piqûre il s’est bien crispé, ce qui a rendu aussi assez douloureuse la deuxième injection. Mais bon, il a affronté cela avec courage et sans bouger ! Dernière sur la liste, Mathilde a bien senti les deux injections, ça lui a fait mal à l’épaule, bon faut bien dire qu’elle est pas bien épaisse. Mais elle a tenu le coup et a supporté les deux injections sans trop bouger… C’était l’effet de surprise (qu’on avait minimisé à ce moment-là). Les parents ont fait les braves en serrant les dents ah aha hasurprised-baby

2è séance : une semaine plus tard, nous devions retourner pour une injection à chaque enfant, et deux pour les parents. Et là, ben il faut dire qu’on avait pas vraiment prévu comment ça allait se passer ! Je ne vais pas donner le nom de l’enfant avec qui cela a été plus dur, premièrement parce que ça n’apporterait pas grand chose à l’histoire, mais surtout parce que je ne veux pas que plus tard, quand elle lira ces lignes, ma petite princesse puisse me reprocher que je l’ai dénoncée ! Donc pour cette deuxième séance on s’est retrouvés à 5 dans la salle où sont faites les injections, et je commence avec M. (prénom connu de la rédaction) que je prends sur mes genoux. Pendant ce temps (quelques minutes qui semblent interminables…) la dame qui nous fera les injections prépare les seringues à quelques mètres de nous. Et c’est durant ces minutes que M. nous fait part, bruyamment, de sa réticence à faire cette injection. Pleurs, hoquets, nez qui coule, spasmes nerveux, bref, elle ne tient pas en place sur mes genoux… Arrive alors la seringue prête, on essaie de négocier, d’expliquer, bref, on perd du temps pour rien, M. ne veut pas !! C’est à ce moment là que ressortent tous les souvenirs de ces soirées passées devant Eurosport avec les enfants tout bébés, en particulier cette fameuse émission de catch ! Étranglement, corde à linge, double Nelson, enfin en quelques secondes je me transforme en Hulk Hoggan, l’épaule de M. est visible et immobile, l’injection est faite dans un grand vacarme marquant le mécontentement de M… qui au final – elle le reconnaîtra par la suite – n’a même pas senti cette deuxième piqûre, un comble !! Apeurés par tout ce ramdam, les deux autres enfants (disons L. et A., prénoms toujours connus de la rédaction), arrivent peu rassurés mais assurent super bien le coup, tout en regardant des ZipZap sur l’application youtube de mon téléphone. Ouf, on a maintenant 3 semaines pour faire oublier tout ça avant la dernière injection.hulk

3è séance : présentée comme “la dernière séance” (importance de la communication !!!), cette troisième séance, avec une injection pour chaque enfant, une pour Etienne et deux pour Anne, a été placée sous le signe de l’efficacité. Le souvenir de la deuxième séance étant toujours bien présent chez M., elle nous avait bien fait comprendre que le côté désagréable de la chose restait le leitmotiv de la journée, même si la dernière injection avait au final été totalement indolore… ce qu’on lui avait rappelé quotidiennement durant trois semaines. C’est donc avec 5 minutes d’avance que je suis arrivé sur place pour demander à ce que tout soit prêt pour M. à son arrivée avec sa maman. Je me suis ensuite échauffé (étirements, footing dans les couloirs, quelques pompes et abdos) et j’ai attrapé M. à son arrivée dans le couloir, j’ai couru en la portant dans la salle des injections tout en dénudant son épaule, j’ai refait le coup de l’immobilisation (corollaire, elle se retrouve avec ses cordes vocales, qui de nouveau nous font part de son désaccord total avec cette manière de faire, à quelques centimètres de mon oreille….. ouille ! ) et en 10 secondes tout était fini ! Enfin, non, il a encore fallu moucher, consoler, donner le bonbon, rappeler que tout était fini, on a même du un peu mentir en disant qu’elle avait été super courageuse etc. etc. etc… Comme la fois précédente, L. et A. se la sont joué “quoi, c’est déjà fini ?? Je croyais que t’avais pas encore piqué…” et ont donc affronté ça courageusement !!catch_immob

Niveau effets secondaires, ben le lendemain, autant dire qu’on lève le bras avec difficulté, et qu’on choisit le côté où on a pas été piqué pour dormir la nuit qui suit l’injection…

Voilà, ça c’est passé comme ça… On vous avait prévenu, c’est rien que la vérité !

vérité

(3 commentaires)

  1. merci pour cette vérité qui me rappelle un certain vaccin avec E. (nom connu des 2 rédactions) et qui me fait me sentir moins coupable d’avoir testé des prises de catch aussi… Pauvre M. et surtout un grand BRAVO aux 3 courageux !!!!! Et aux parents qui ont du jouer les courageux …

  2. Quelle aventure! Bravo à tous, et promis, on ne divulguera pas les noms connus de la rédation 😉
    Chez nous on a une petit avant goût avec les vaccins contre les tiques… j’ai déjà acheté Edith avec une Barbie, mais bon va falloir trouver autre chose pour la prochaine fois sous peine de devoir prendre un sac de plus pour les transporter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.