Qu’avoir toujours sur soi et comment minimiser les risques de perte en voyage ?

By 12 septembre 2017En voyage, Matériel

Lorsque l’on prépare un voyage au long cours, on se questionne longtemps sur ce que l’on doit emporter, sur ce qui est utile ou non, bref, sur la liste des choses qu’on doit avoir. Avec les mois d’expérience nous faisons un petit récapitulatif ce que nous avions toujours sur nous dans nos poches durant notre voyage.

  • porte-monnaie secrid avec dedans un peu d’argent local et les cartes utilisées régulièrement : VISA, postfinance pour retraits ATM et carte d’identité. Comme ça, si on le perd on ne perd pas trop de trucs.
  • Une pochette ziplock avec les gros billets locaux : pour éviter d’aller trop souvent au ATM, on retirait souvent notre cash par coup de 500 CHF environ. Si en Suisse ce montant n’impressionne personne, dans bien des pays c’est une énorme somme. Pour ne pas afficher tous ces billets à chaque fois que l’on sort son porte-monnaie et pour minimiser la perte en cas de vol ou d’oubli du porte monnaie, on gardait la liasse dans un ziplock dans une petite poche du short. Et on passait à chaque fois qu’on en avait besoin, à l’abri des regards, les billets de la pochette au porte-monnaie. En plus, les billets ainsi stockés sont protégés de l’eau et de l’humidité.
  • dans une poche cachée (qu’on avait fat ajouter à une couturière à l’intérieur de nos shorts de voyage) les autres cartes utiles “de secours” : Mastercard de secours, postfinance d’un autre compte, permis de conduire, … On les laisse cachées en se disant que si on se fait piquer le porte-monnaie au moins on peut toujours s’en sortir avec ces cartes de secours le temps de faire des doubles.
  • le téléphone mobile, hyper utile au quotidien (tenue du budget, GPS, messagerie, mais aussi (surtout) photos,…)
  • un petit carnet et un stylo. Très utile pour noter des listes, des idées, des infos, des adresses e-mail, des prix après marchandage… Nous l’avons aussi beaucoup utilisé pour noter des mots dans la langue du pays visité (“bonjour”, “au revoir”, “merci”, etc.). Le stylo est utilisé presque tous les jours en voyage! Conseil: prendre un stylo avec un capuchon, l’encre a tendance à couler et à faire de belles taches bleues sur les habits…
  • Un couteau suisse. Merci à Marguerite pour le cadeau, il est resté durant tout le voyage dans nos poches et a été utilisé très très régulièrement. Hyper pratique de toujours l’avoir à portée de main, tant pour bricoler que pour manger quand on n’a que des services en plastique et un grand bout de viande à avaler. Et aussi, on a trouvé rassurant de savoir qu’on avait toujours au moins ce moyen de défense sur nous s’il devait arriver quelque chose. C’est pas une machette mais c’était rassurant. Bon on n’a jamais eu ne serait-ce qu’à imaginer devoir l’utiliser. Tant mieux.
  • Du cash de secours. Pour nous, c’étaient des dollars, entre 500 et 700 avec chaque adulte. On avait choisi la ceinture de voyage avec une poche intégrée, dans laquelle on avait mis nos billets pliés (merci à Sonia la collègue de Anne pour le tuyau!). On était partis avec 50 USD chez chacun, mais on s’est bien vite rendus compte que si un jour on avait besoin de cash de secours cela ne serait pas suffisant. On a donc fait tout le voyage avec au minimum 500 USD dans la ceinture de chaque parent. Discret et rassurant, c’est une bonne manière d’assurer quelques jours de survie en cas de perte de tous les autres moyens de paiement, les USD étant universellement acceptés.

 

En plus de cela, Anne transportait toujours un sac à main avec une petite trousse “premiers secours” contenant les quelques remèdes à bobos que nous utilisons toujours (pansements, désinfectant, pince à épiler, paracétamol, crème contre ces coquins de boutons de moustique qui piquent, etc), ainsi qu’un petit tube d’anti-moustique et de crème solaire selon les destinations. Nous avons aussi utilisé parfois du désinfectant pour les mains le plus souvent en sortant de toilettes totalement indescriptibles…

Durant tout notre voyage, nous avons eu la chance de ne quasiment rien perdre d’important ou de cher, ou plutôt de toujours retrouver nos affaires quand nous les avions oubliées (appareil photo et Postcard en particulier). Voici quelques conseils pour essayer de ne rien égarer quand on voyage :

  • Toujours mettre les affaires au même endroit ! En voyage, le plus souvent on n’a qu’un short à poches pour transporter nos affaires courantes (on a croisé d’autres voyageurs qui étaient adeptes de la banane, c’est une solution aussi…). Si on place toujours le porte-monnaie dans la poche avant droite, le téléphone à gauche, le passeport dans la poche latérale gauche et les cartes de secours dans la poche secrète droite, on pourra avec un rapide et simple geste contrôler que tout est en place avant de quitter un lieu. Si on pose le téléphone une fois à gauche, une fois à droite, une fois derrière, c’est sûr qu’un jour on filera avec un petit bouquin dans la poche alors qu’on pensait que c’était le téléphone ! Ça fait un peu vieux rigide, mais c’est certainement une systématique qui permet de minimiser les risques de perte ! On a souvent remarqué un oubli juste en touchant le short à la hauteur des poches en se levant de quelque part (en sortant d’un taxi où on avait posé le mobile sur les genoux et qui a glissé par exemple). Dans nos sacs à dos, nous faisions la même chose: tout était toujours au même endroit, comme dans des armoires. Cela nous permettait de voir tout de suite s’il manquait quelque chose.
  • Ne rien ranger qui n’est pas complet : si on est à un comptoir, garder son porte-monnaie en main jusqu’à ce qu’on ait payé et remis la carte dedans ! Si on tend la carte et qu’on range le porte monnaie en poche, il y a une chance sur deux que l’on reparte sans la carte ! Souvent les employés eux aussi oublient de la rendre, donc si on reste avec notre porte-monnaie en main on n’oubliera pas de la lui demander. Idem pour un téléphone mobile duquel on sort la carte SD pour rapatrier des photos, on laisse tout ouvert et posé devant nous tant qu’on n’a pas fini de copier les photos et qu’on a remis en place la carte ! Si on replie et qu’on remet le mobile dans la poche, c’est la perte de la SD assurée (surtout qu’elles sont petites….). Souvent on a plein de distractions externes, donc il faut minimiser les risques.
  • Essayer de toujours finir ce qu’on est en train de faire ! Si à la maison ou au bureau il est facile de tout laisser en plan et de reprendre nos activités plus tard, en voyage tout bouge beaucoup plus et plus vite, et on ne maîtrise pas l’environnement dans lequel on est. Il est donc primordial de terminer ce que l’on entreprend. Ça reprend l’idée de ce que l’on a dit plus haut en fait, mais c’est plus global : si on est au ATM pour retirer des sous, on ne discute pas du prix des billets d’entrée du musée qui est juste à côté avant d’avoir retiré les sous, rangé les billets et la carte (et éventuellement noté le retrait dans l’appli budget) ! Si on commence à faire d’autres choses sans finir le retrait on a une chance sur deux d’oublier sa carte. On a testé et on l’a oubliée ! Idem si on est à la caisse pour payer avec la VISA on attend la fin du paiement et le rangement de la carte pour s’occuper des chamailleries des enfants ! Là aussi, on a testé et oublié la carte.
  • Toujours faire le tour en quittant les chambres d’hôtel, les taxis, les parcs, etc. On en a retrouvé des shorts, des lampes de poche, des sacs, des jouets juste en soulevant les draps en quittant une chambre d’hôtel !
  • Finalement, le plus dur pour vous et le plus efficace pour nous, c’est de voyager avec Anne notre ange gardien qui avait toujours un oeil sur tout et qui a rattrapé un paquet de choses qu’on allait oublier !

2 Comments

Leave a Reply