Proyecto Asis

By 12 juin 2017Costa Rica

Notre programme du jour est la visite d’un centre de sauvetage pour animaux! Ce n’est pas vraiment la tasse de thé des parents, mais on a décidé de faire plaisir aux enfants avec cette activité. Ici arrivent des animaux mal traités ou en mauvaise santé que le centre remet sur pied. Avec d’autres touristes, nous faisons le tour des animaux, guidés par Andres, qui nous fait un vrai show…

Andres nous présente les différents pensionnaires et leur histoire. Ils nous explique que seuls quelques animaux pourront être relâchés dans la nature, mais les autres non. Certains sont en effet si mal en point ou si habitués à l’homme qu’ils seraient incapables de se débrouiller seuls dans la nature.

C’est notamment le cas d’un toucan, dont le bec est tout déformé; il ne parviendrait pas à se nourrir s’il était relâché dans la nature.

Nous faisons aussi la connaissance de nombreux perroquets, gardés dans des hôtels ou chez des particuliers, qui ont atterri dans le centre et qui finiront leurs jours ici. Leurs ailes et leur queue ont été coupées ou une de leur épaule cassée par leur ancien propriétaire pour être bien sûr qu’ils ne pourraient jamais voler…

 

 

 


Pendant que nous apprenons toutes ces choses, au-dessus de nos têtes dort bien tranquillement un paresseux! On est trop contents car c’est le premier qu’on voit! Le problème c’est qu’il est très haut et tout en boule, alors on ne le voit pas bien. Et surtout il dort, et dort, et dort, et dort (c’est le programme intense de toutes ses journées…).

Nous poursuivons la visite par les cochons sauvages, les ratons laveurs, un porc épic, un chat sauvage et finalement les singes! Comme pour les perroquets, la plupart du temps ce sont des singes en captivité chez des particuliers qui atterrissent dans le centre et qui y finiront leurs jours. Ceux qui ont été capturés bébés ne pourront jamais retourner dans la nature car ils n’ont jamais appris à y vivre et seraient totalement perdus. Nous apprenons en effet que si un bébé est séparé de sa mère durant sa première année de vie, ses chances de survie sont nulles.

Du coup, comme ils ont l’habitude de l’homme, ils sont très affectueux et rigolos !

On peut caresser la main de l’un d’entre eux, qui semble bien apprécier le contact avec les enfants. Chacun à son tour, les enfants passent toucher la petite patte :

Après avoir fait le tour des animaux, nous avons droit à une petite pause café-fruits-tortillas. Un autre animal silencieux dort, non loin de nous…

Puis c’est direction les cuisines! Nous allons préparer le repas pour tous ces hôtes de choix.

Nous voilà toute la troupe, armés de couteaux, pour couper des rations de fruits pour les pensionnaires. Attention, on ne mélange pas les contenus des bols; chaque animal a droit à sa diète personnelle.

Puis on passe à la distribution: chacun prend de la nourriture et les animaux sont nourris un à un (certains nous attendent d’ailleurs avec impatience).

Pour donner à manger aux oiseaux, nous entrons carrément dans les volières. Il faut être assez rapide pour leur donner leur popote car ils sont très excités, et certains viennent carrément nous pincer les doigts!

 

 

Étienne est en charge de donner à manger à un carcajou tout impatient de recevoir à manger.

Puis c’est au tour des singes. Nous ne pouvons pas entrer dans leur cage pour les nourrir; nous leur présentons simplement la nourriture et ils sortent leurs mains pour venir chercher les fruits.

A la fin de la visite, les enfants sont trop contents. Louis a adoré entrer dans les volières et surtout donner à manger aux singes; il a surtout beaucoup ri quand il a présenté un maïs à un singe qui s’est mis à hurler jusqu’à ce qu’il change et lui présente une mangue… Mathilde a aussi beaucoup de plaisir; elle a aimé préparer la nourriture pour les animaux et surtout donner la main au singe.  Arno a aussi adoré préparer la nourriture et il a bien aimé le guide qui prenait une voix toute aiguë pour parler aux singes.

Petite photo avec le guide…

D’ailleurs, c’est décidé, pour rentrer nous prenons deux petits singes avec nous:

4 Comments

Leave a Reply