Dans l’avion ou pas dans l’avion ?

By 26 juin 2017Nicaragua

Après plusieurs hésitations et discussions sur la suite de notre itinéraire, la décision a été prise de réserver un vol Managua – Mexico City, vol réservé en ligne sur le site BravoFly.com, qui nous offrait les meilleurs tarifs  (tout de même 1000 US$ pour toute la famille pour un vol Managua – San José – Mexico City). L’horaire n’est pas top car on s’envole à 19h30 et surtout on arrive à 02h30 au Mexique, mais on n’avait pas trop le choix.

On file donc de notre super hôtel à Grenade après avoir joué une bonne partie de la journée dans la piscine, puis on roule sans encombres jusqu’à l’aéroport de Managua où on dépose notre voiture. On se rend au comptoir d’enregistrement, et là, il se passe un truc bizarre… Dans un espagnol rapide, le monsieur du guichet nous fait comprendre qu’il ne peut pas nous enregistrer car les 5 billets ont le nom et le prénom intervertis ! Certainement une boulette faite lors de l’achat en ligne des billets, mais malgré le fait que l’erreur est flagrante, et qu’en inversant les deux champs pour tous les membres de la famille ça coïncide, le monsieur refuse, prétextant un bloquage du système informatique qui doit faire correspondre les infos de la réservation et celles du passeport.

Quelle solution ? Contacter l’agence de voyage pour qu’elle refasse des réservations correctes, sinon on ne pourra pas embarquer. Il est 17h00 à Managua, le milieu de la nuit en Europe ! BravoFly a un numéro 24/24 mais après plus de 30 minutes ça ne répond pas ! Panique… Le bonhomme du guichet tient bon, on ne pourra pas embarquer, on va devoir réserver un autre vol le lendemain ou un autre jour. Finalement, BravoFly décroche et le collaborateur voit l’erreur, mais impossible pour lui de modifier quoi que ce soit !

Le temps avance et le check-in ne sera bientôt plus possible. Durant tout le temps de l’attente, Anne essaye de demander à différentes personnes des moyens de s’enregistrer tout de même, et insiste chez le monsieur. On appelle les enfants à la rescousse pour faire leurs yeux les plus tristes devant le guichet, Arno est particulièrement fort à ce jeu-là… Et finalement, après négociation avec les deux compagnies que l’on devait prendre pour les deux vols à faire, ils acceptent de nous laisser embarquer ! Fiouffffff…. Le tout nous aura pris plus de deux heures au guichet, au téléphone et surtout deux heures à tourner toutes les solutions dans tous les sens ! Nous déposons enfin nos bagages et filons vers la porte d’embarquement avec nos billets en main !

Durant ces deux heures, les enfants ont été formidables ! Si souvent les aéroports, douanes et autres endroits où on doit patienter sont des occasions rêvées pour eux de faire les fous, là durant deux heures ils ont joué à cache-chache et à plein d’autres jeux pour nous laisser gérer la situation, on ne les a pas entendus, ils ont été des champions ! On a été tellement contents que tout se finisse bien et qu’ils nous aient laissés tranquilles qu’ils ont eu droit d’aller choisir un Minion en laine dans un stand de babioles de l’aéroport !

Le premier vol s’est passé sans problème jusqu’à San José, on a profité de l’escale pour aller acheter quelques trucs à grignoter et faire le tour des poupées et peluches des magasins de la zone de transit :

Louis et Arno avec les paresseux, emblématiques du Costa Rica

Les fameuses photos dans les panneaux où on sort juste la tête… Non non Etienne n’a pas mangé des hormones les deux dernières mois 🙂

Comme toujours, les enfants prennent la pose devant les statues :

Cela a certainement été le vol d’avion le plus stressant de tout notre tour du monde (à ce jour)… Ne pas savoir quelques minutes avant le vol si on pourra ou non embarquer est assez difficile, surtout quand on est en fin de journée et avec les enfants. Promis, dorénavant on contrôle deux fois les champs des formulaire en ligne quand on réserve quoi que ce soit !!!

8 Comments

Leave a Reply